Récupération données disque dur défectueux

Plusieurs symptômes affichent un disque dur défectueux. Par contre nous ne sommes jamais à l’abris d’une défaillance imprévue et foudroyante.

Avez vous procédé aux sauvegardes régulières sur un autre support ? La question à 1 € mais qui vaut de l’or lorsque vous avez toutes les photos de famille datant de mathusalem ou bien un livre que vous êtes sur le point de terminer !

Bien entendu; vous pouvez compter sur l’informaticien du dimanche qui est toujours disponible en cas de pépin, sauf que si vous le voyez une fois le problème révélé, il risque de ne pas pouvoir faire grand chose si ce n’est empirer votre cas. Vous avez finalement une dernière option plus onéreuse et toutefois plus efficace : envoyez votre disque à des professionnels de la récupération de données qui opèrent en salle dépourvue de poussière et avec tout l’équipement nécessaire.

Admettons pour cet article que vous n’avez pas le budget et décidez donc de tenter diverses manipulations qui peut être sauverons vos précieuses données et au pire, rien du tout.

Vous être prévenu, les astuces disposées ici sont à utiliser sans aucune garantie et au risque de perte totale de vos données.

Certaines méthodes connues telles le jet de disque dur, le placement dans un congélateur et autres brutalités ne sont pas recommandées sur les disques durs de nos jours.

Revoyons dans un premier temps la technologie embarquée dans un disque dur.

Comment  fonctionne un disque dur ?

Prenons l’example d’un disque dur SATA 2.5″, il est composé des éléments suivants :

  • Une carte éléctronique ou PCB (Printed Circuit Board)

Si l’on retourne cette carte, nous pouvons visionner les différents éléments importants :

disque dur sata controleur pcb

  1. Le MCU ou Micro Controleur Unit, représente le cerveau, il s’agit d’un processeur qui s’occupe des calculs et notamment des liaisons lecture/écriture.
  2. La puce mémoire est de type DDR SDRAM, les spécifications de tel ou tel disque montreront une mémoire cache de 32MB, 64MB…
  3. Le contrôleur VCM ou Voice Coil Motor s’occupe de faire tourner le moteur et de faire bouger les têtes de lectures/écritures. il peut atteindre des sommets en température (100 °C).
  4. La puce Flash (au milieu à gauche) comprend le code firmware permettant la communication entre MCU et l’équipement.

Il y a aussi des détecteurs de chocs permettant de prévenir le MCU en cas de vibrations plus ou moins intenses. Des diodes (sortes de fusibles) sont aussi disposées en cas de sur tension.

Voyons à présent ce qui se cache sous cette carte PCB :

HDA

Nous pouvons voir le moteur et les contacts qui permettent la communication avec le PCB.

A différents emplacements vous noterez des petits trous qui permettent le passage de l’air au travers un filtre afin d’équilibrer la pression entre extérieur et intérieur.

L’intérieur du disque

Intérieur Disque dur SATA

Nous y sommes enfin, les fameux plateaux, les têtes permettant de lire sur ces plateaux et le mécanisme apparant avec les aimants.

Les plateaux sont faits en aluminium ou en verre polis, recouverts à leur tour de couches de différents matériaux ferromagnétiqus (la présence des aimants créent un champs magnétique qui interragit avec ce matériau) , ils contiennent les informations

Têtes disque dur

On comprend que la précision est de mise lors du mouvement des têtes entre les plateaux, toute infime poussière ou particule de métal ou huile générée par les mouvements, peuvent avoir de conséquences dramatique, le rôle des filtres à cet égard est primordial.

On s’arrêtera ici pour cet article, allez dont voir sur la page suivante pour plus d’informations :

http://hddscan.com/doc/HDD_from_inside.html

Types de Panne

Il existe 3 catégories de panne :

  1. Panne logique : corruption du système de fichier NTFS, FAT ou autre (causée par virus ou autre problème indépendant qui endommage des fichiers), le disque lui même n’est pas touché.
  2. Electronique : la carte éléctronique est défectueuse (généralement placée sour le disque dur)
  3. Panne physique : la tête de lecture, les plateaux, le moteur, l’amplificateur de signal. C’est à ce niveau qu’une salle blanche et une bonne expérience pour récupérer quelque chose.

Système de fichier

Généralement, les pannes liées à la structure de rangement des données sont solvables grâce aux commandes du style chkdsk, fixmbr, fsck.. en fonction de votre système et du type de panne.

il existe aussi bon nombre de programmes de récupération de données, nous vous invitons à parcourir le web pour plus d’informations, un article sur le sujet sera bientôt disponible.

Parfois un ordinateur ne verra pas le disque, les partitions, alors qu’un autre pourra y accéder sans problème.

Tentez donc sur différents PC et utilisez des logiciels de récupération de données.

En attendant concentrons nous sur les 2 autres types de panne.

Problème de carte éléctronique

Présentons les symptômes et les tests à envisager pour tel ou tel type de problème lié à une défaillance éléctronique :

Symptôme Causes Solution
le disque dur branché n’est pas du tout reconnu et n’emet pas de bruit, il n’a pas l’air de s’allumer. La carte PCB est défectueuse, une diode ? … Extraire le disque, repérer le modèle, extraire la carte éléctronique et l’échanger avec un modèle de même version *

Ou bien tenter d’isoler la panne en testant les éléments tels que les diodes.

Le disque ne tourne pas, n’emet pas de son, ou juste un TIC Problème de PCB, la puce du controleur du moteur est HS, les diodes TVS sont cramées, la principale puce est HS…. Changer la carte PCB *

* Afin de trouver une bonne version de carte pour son disque dur, prenez bien note des indications sur la carte  (Machine Level Code, modèle…), faites un appel au dépanneur du coin ou bien cherchez sur ebay et autres sites pour trouver le bon à moindre frais.

Exemple HITASHI : HDD 2.5″ HITACHI Z5K500-500

P/N : H2T500854S7

MLC : DA4837

Pour  ce type de disque, le numéro MLC (Machine Level Code) permet d’identifier des PCB compatibles. Par contre la capacité du disque doit être identique.

Seagate :

L’idéal est de comparer à la fois les indications Config et Firmware. Cette fois la capacité n’a pas d’importance.

seagate config firmware.

Si il n’y a pas d’indication sur la ligne Config, alors basez vous sur le Firmware uniquement.

WD (Western Digital) :

Le modèle (MDL) du disque permet de faire correspondre les cartes PCB aux disques WD.

Modele WD

Pour les autres marques et plus de précision, rendez vous sur le guide suivant :

http://www.hddzone.com/conditions.html

Problème physique

Reprenons le tableau avec de nouveaux problèmes :

Symptôme / Diagnostique Solution
Pas de bruit, pas de vibration de la part du disque ou bien une légère, le disque semble toutefois s’allumer.
Le célèbre CLIC du disque à répétition

Attention les types de clic sont variés.

Différentes causes :

– les têtes buttent (Clic de la mort)

– si le disque est externe, cela peut être un défaut de câble, ou un défaut d’alimentation.

– les disque est fragmenté de manière importante.

– Mise à jour des pilotes et du firmware du disque.

– Changement de câble d’alimentation.

– Pour le clic de la mort, faire appel aux services d’un professionnel de la récupération de disque. Si cette option n’est pas possible, alors l’unique solution est d’échanger les plateaux avec un autre disque. Cette dernière solution présente très peu de chance de succès.

Vous branchez votre disque, il s’allume, mais rien ne s’affiche, Windows semble mouliner.

Pas de clics ou bruits bizarroides. La lettre de votre disque apparaît toutefois dans le poste de travail de Windows.

Des secteurs ont peut être été endommagés, ou bien des fichiers sont inconsistents. Secteurs instables…

Branchez votre disque sur un système équipé de Linux et tentez une récupération des fichiers si possible.

Si le système vous indique un problème d’inconsistence, retournez sur Windows et tentez d’entrer la commande suivante dans l’invite de commande MS DOS :

chkdsk /f /r e:

(remplacez e: par la lettre correspondante à votre lecteur)

Dans tous les cas, tentez de copier les données le plus tôt possible. Ensuite analysez votre disque pour en mesurer son intégrité et son utilité future (l’outil Crystaldiskinfo est honorable).

Les types d’erreurs seront mis à jour. En règle générale il n’y a pas 36 techniques de récupération.

Nous attendons vos commentaires et peut être vos propres expériences pour combler cet article.

Afin d’éviter de se retrouver dans une situation critique, nous répétons une nouvelle fois : Faites des sauvegardes régulières de vos données ! Et faire une sauvegarde ne veut pas dire simplement déplacer ses données vers un disque dur externe. Il vous faut au minimum 2 exemplaires de votre contenu à deux emplacements bien distincts.

Laisser un commentaire